Nourriture pour la pensée : comment le gaspillage alimentaire contribue au changement climatique

ALLIANCE MONDIALE

Notre Alliance Mondiale est un réseau composé d’organisations mondiales dédiées à la protection de l’environnement qui partagent l’ambition du Prix de réparer la planète, ainsi que d’institutions universitaires, d’ONG et d’entreprises privées du monde entier. Notre Alliance mondiale et nos partenaires de nomination faisant partie intégrante de la famille Earthshot, leurs actualités sont importantes pour l’environnement, et nous nous faisons un plaisir de les partager régulièrement avec vous. 

Cette semaine, WRAP, l’un de nos partenaires de l’Alliance mondiale, nous présente les chiffres du gaspillage alimentaire et nous explique comment réduire les déchets à la maison. 

Chaque année, les effets physiques du changement climatique, la plus grosse menace qui pèse sur la planète et l’humanité, deviennent de plus en plus évidents. Les facteurs qui contribuent au changement climatique sont complexes et variés, et leur impact est profond. Un facteur souvent négligé, et l’un des seuls que nous avons tous le pouvoir de maîtriser, est l’impact du gaspillage alimentaire sur les émissions de gaz à effet de serre 

Mondialement, un tiers de la nourriture produite pour la consommation humaine est jetée à la poubelle. Si les déchets alimentaires étaient un pays, ils seraient le troisième pays du monde, derrière les États-Unis et la Chine, en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Le problème est urgent à l’échelle planétaire, et le besoin de cibler, mesurer et agir est plus pressant que jamais. 

L’impact environnemental du gaspillage alimentaire est caché : bien que les déchets alimentaires soient regrettables (et une source d’émissions de méthane dans les décharges), le vrai gaspillage a lieu préalablement, au niveau des ressources utilisées pour la production. Il faut beaucoup d’eau, de terre, d’énergie, de temps et de transport pour amener les aliments dans nos assiettes et, si ces aliments ne sont pas consommés, toutes ces ressources sont gaspillées. Si les foyers britanniques évitaient de gaspiller pendant une seule journée, cela aurait le même effet sur le changement climatique que la plantation de 500 000 arbres. L’impact potentiel est énorme, et il est motivant de savoir que nous pouvons tous faire partie de la solution. 

Au Royaume-Uni, 9,5 millions de tonnes d’aliments sont gaspillés chaque année, 70d’entre eux par les foyers.  Des miettes de pain jetées à la poubelle aux bouteilles de lait vidées dans l’évier, tous les morceaux de nourriture dont nous nous débarrassons sans réfléchir représentent un gaspillage de milliards d’euros par les foyers et émettent des gaz à effet de serre. 

Le problème ne concerne pas seulement les foyers. En 2018, le secteur de l’hôtellerie-restauration a jeté 1,1 millions de tonnes de nourriture, les fabricants 1,5 millions de tonnes et les détaillants 280 000 tonnes. Il y a clairement beaucoup de travail à faire dans ces secteurs. 

La bonne nouvelle est que les choses commencent à bouger : en 2018, WRAP a annoncé que le volume de déchets alimentaires au Royaume-Uni avait chuté de 1,7 millions de tonnes depuis 2007. Le rapport d’étape 2020 de Champions 12.3 a qualifié d’exemplaire le travail du Royaume-Uni et des Pays-Bas dans ce domaine : dans ces deux pays, le gaspillage alimentaire des foyers a chuté d’environ 30 % par personne. Les campagnes « Love Food Hate Waste » (j’aime manger, pas gaspiller) font du bruit dans le monde entier, de la Nouvelle-Zélande au Canada, et le travail de WRAP en collaboration avec le Mexique, l’Indonésie et l’Afrique du Sud compte reproduire le succès du « Courtauld Commitment » dans le monde entier.  

La recherche sur les attitudes des citoyens menée par WRAP en 2020 a révélé que les citoyens considéraient de plus en plus le gaspillage alimentaire comme un problème majeur à l’échelle nationale : 90 % d’entre eux se sentaient personnellement responsables de réduire les déchets. La sensibilisation à l’environnement ne fait que croître depuis la diffusion de la célèbre série Blue Planet II de David Attenborough. Le nombre record de « followers » qu’il a attiré depuis l’ouverture de son premier compte Instagram en septembre dernier témoigne du taux de sensibilisation élevé à l’urgence de la situation dans toutes les générations. Eoctobre 2020, lorsqu’il lui a été demandé comment nous pouvions faire une différence, il a simplement répondu : « Évitez de gaspiller le papier, l’électricité… et la nourriture. »  

Le moment est venu de mobiliser cet élan environnemental en portant notre attention sur notre nourriture. Chaque fois que nous achetons, stockons et cuisinons des aliments, nous avons l’occasion d’agir pour le bien de notre monde naturel. Dans un contexte de crise climatique imminente, le fait de rédiger une liste et de s’y tenir revêt l’aspect d’un acte révolutionnaire en faveur du changement. Mais il n’y a pas que nos assiettes. Au-delà des citoyens, les gouvernements et les entreprises doivent aussi laisser un impact durable. 

Durant la Semaine d’action contre le gaspillage alimentaire de WRAP, les foyers et les entreprises pourront découvrir les petits gestes à adopter pour lutter contre le gaspillage. De la ferme à l’assiette, les possibilités d’amélioration de notre système alimentaire sont nombreuses. Le début de la pandémie a mis en lumière l’importance de l’approvisionnement en denrées alimentaires et les nombreux inconvénients du gaspillage ; en agissant dès aujourd’hui, nous protégeons notre aptitude à produire de la nourriture à l’avenir. Plus nous sommes sensibilisés au problème, plus nous réduisons la pression sur les sols et sur l’eau et plus nous donnons à notre monde naturel les moyens de continuer à produire la nourriture si essentielle à notre survie. 

En baissant la température de nos réfrigérateurs de 7°C à moins de 5°C, nous pouvons conserver les aliments plus longtemps. En utilisant toutes les parties comestibles de nos ingrédients, nous tirons plus de nos aliments tout en réduisant le gaspillage. En vérifiant le placard avant de faire les courses, nous évitons d’acheter plus que nécessaire. Les changements à la maison n’ont pas besoin d’être radicaux, mais ils doivent être rapides. 

2021 est une année décisive pour le climat. La pandémie a complètement bouleversé nos vies, mais nous présente aussi l’occasion de nous préparer aux futurs chocs que vont subir nos systèmes mondiaux. En novembre prochain, le monde va se réunir au COP26notre dernière chance selon beaucoup d’éviter une catastrophe mondiale. Il est impératif que le gaspillage alimentaire devienne une priorité pour les gouvernements, les entreprises et les foyers. En agissant maintenant, nous pourrons continuer à aimer manger (pas gaspiller) pour les années et même les décennies à venir. 

En savoir plus sur WRAP et ses actions  

WRAP
Royal Foundation